Foire Aux Questions

Voici quelques unes des questions qui nous sont souvent posées, avec nos réponses.

Rêves

Les rêves ont-ils une fonction?

Excellente question, mais personne ne sait à coup sûr - du moins pas encore! Bien que de nombreux chercheurs suggèrent que le rêve a une fonction significative (incluant une fonction biologique), certains affirment que les rêves sont un sous-produit (ou épiphénomène) de l'activité neurophysiologique pendant le sommeil et n'ont aucune valeur en soi même. En fin de compte, le rêve peut ou non avoir une fonction, mais les données démontrent de manière convaincante que le contenu des rêves est un produit psychologique unique et significatif du cerveau humain et que les rêves continueront à intéresser et à défier les cliniciens et les chercheurs.

Question category: 
Quels types de rêves vous intéressent le plus?

Bien que j'ai longtemps été fasciné par les modèles de contenu de rêve (par exemple, les paramètres, les personnages, les émotions, les thèmes, etc) qui peuvent être observés sur une série de rêves, mon intérêt pour le domaine a commencé avec mes propres expériences avec le rêve lucide. D'autres types de rêves qui tiennent une fascination particulière pour moi incluent des cauchemars, des rêves volants et des rêves récurrents.

Question category: 
Est-ce que vous interprétez les rêves?

J'aime travailler avec les rêves. Cela dit, même si je suis convaincu que de nombreux rêves peuvent être considérés comme ayant une signification psychologique, je ne crois pas dans les «dictionnaires des rêves» (bien sûr, ils peuvent être amusant pour certains, mais ils ne doivent pas être pris au sérieux!) et je pense que lorsqu’il y a des symboles et des métaphores dans les rêves, ils reflètent la personnalité unique du rêveur, son mode de pensée, ses intérêts, ses préoccupations actuelles et ses expériences de vie. Ainsi, je crois fermement que pour comprendre correctement un rêve, il est nécessaire d'impliquer le rêveur dans le processus. Pour cette raison, je suis très sceptique à propos de ce que l’on appelle les «experts de rêve», qui offrent d'interpréter les rêves avec peu de connaissance sur le rêveur.

Question category: 
À quoi ressemble le rêve moyen?

Des études portant sur de grands échantillons de contenus de rêves recueillis en laboratoire et en dehors du laboratoire montrent que les rêves se produisent surtout dans des lieux banals, contiennent un grand nombre de personnages familiers et tournent autour des préoccupations familiales, des intérêts amoureux et des activités engagées pendant la vie éveillée. En fait, seule une minorité de rêves implique des personnages inconnus et des activités qui sortent de l'ordinaire.

Question category: 
Les aveugles rêvent-ils?

Peut-être en raison de la nature très visuelle de rêver, les gens se sont toujours demandés si les personnes aveugles rêvent. Alors, que savons-nous? Les études par questionnaire et de laboratoire montrent que les personnes qui sont nées aveugles ou deviennent aveugles avant l'âge de 4 ou 5 ans rêvent même si elles ne voient pas d'images dans leurs rêves. Cependant, les rêves des aveugles tendent à contenir une présence beaucoup plus importante du toucher, du goût et de l'odorat. Il est à noter que les personnes qui deviennent aveugles après 5 ou 6 ans ont souvent des images visuelles dans leurs rêves, ce qui suggère qu'il y existe une fenêtre d’opportunité pour le développement de la capacité d'avoir des rêves visuels, ce qui est parallèle à ce qui a été trouvé dans les études longitudinales des enfants âgés de 3 À 7 ans. Des études plus récentes suggèrent également que les aveugles peuvent éprouver plus de cauchemars que la personne moyenne, probablement parce qu’ils sont confrontés à plus de risques (par exemple, rater une marche, être frappé par une voiture) en évoluant dans leurs environnements naturels.

Question category: 
J'ai parfois des rêves avec des sensations d'odeur, de goût ou de douleur. Est-ce inhabituel?

Bien que la grande majorité des rapports de rêve contienne des éléments visuels et, dans une moindre mesure, des éléments kinesthésiques, la présence d'autres modalités sensorielles a également été notée dans les rapports de rêve en laboratoire et à la maison. Plus de 50% des rapports de rêve contiennent des expériences auditives tandis que des références explicites aux sensations olfactives, gustatives et douloureuses surviennent dans moins de 1% de tous les rapports de rêve. Une étude a révélé que les rapports de rêve des femmes étaient plus susceptibles de contenir des sensations olfactives ou gustatives alors que les références aux expériences auditives et douloureuses apparaissaient dans un pourcentage plus élevé de rêves masculins. Que les modalités plus rares de l'odorat, du goût et de la douleur surviennent dans les rêves est une démonstration importante des capacités de représentation du rêve.

Question category: 
Qu'est-ce qu'un rêve lucide?

Encore une excellente question. Alors, qu'est-ce qu'un rêve lucide? Diverses définitions de cette expérience ont émergé dans la littérature. La plus simple définition est que les rêves lucides sont ceux dans lesquels le sujet est conscient lorsqu'il rêve. D'autres chercheurs ont ajouté à cette définition un qualificatif: il faut être parfaitement ou pleinement conscient que l'on rêve. Ce qu'on entend exactement par les termes «parfaitement» ou «pleinement» n'est généralement pas explicitement expliqué, mais habituellement cela implique la capacité d'exercer consciemment le contrôle sur les évènements dans la scène du rêve. Il faut toutefois noter que même si la lucidité dans les rêves est souvent accompagnée de divers degrés de contrôle des rêves, cette capacité n'est pas en elle-même un indicateur suffisant pour définir la lucidité. Une définition plus large et plus précise de ce qui constitue un rêve lucide est donnée par LaBerge (1980), qui suggère que la conscience vécue par un rêveur lucide n'est pas différente de celle qui est vécue pendant l'état d’éveil. Ainsi, LaBerge (1980) écrit que «le rêveur lucide peut raisonner clairement, se souvenir librement et agir de manière volontaire sur la réflexion, tout en continuant à rêver vivement» (p.1039). De même, Tart (1979) affirme qu'un rêve lucide est plus que juste le fait pour le rêveur de réaliser que «c’est un rêve». Comme LaBerge, il suggère que, dans un rêve lucide, «les processus mentaux «supérieurs» que nous considérons comme caractérisant la conscience éveillée, comme la continuité des souvenirs, la capacité de raisonnement et le contrôle volontaire des processus cognitifs et des actions du corps (au moins pour le noyau du rêve), tout semblent fonctionner à un niveau lucide et éveillé » (Tart, 1979, p.256). Tholey (1988) et van Eeden (1913) ont également adhéré à cette conceptualisation de l'état du rêve lucide.

Il semble alors que l'expérience du rêve lucide peut être mieux comprise si elle est placée sur un continuum. À une extrémité, nous retrouverions ce que l'on peut appeler la lucidité de bas niveau, dans laquelle un individu peut se rendre compte qu'il ou elle rêve, mais ensuite se réveiller, ou simplement rechuter dans le rêve non-lucide. Au milieu du continuum il y aurait ces rêves lucides dans lesquels le rêveur, en plus de savoir qu'il rêve, peut aussi exercer un certain degré de contrôle sur l'environnement de rêve et conserver certaines des ses fonctions mentales, mais pas toutes, de son état éveillé. Ainsi, une personne dans cette situation pourrait être en mesure de se déplacer dans la scène de son rêve comme elle le veut, mais pourrait être incapable de modifier certains aspects tels que de se rappeler quel jour on est, ou de se rappeler de son horaire du lendemain. À l’autre extrémité du continuum se trouve finalement les rêves dans lesquels un individu peut exercer un contrôle considérable sur le contenu du rêve et, plus important encore, où il se trouve en possession de ses facultés mentales dans la même mesure que si la personne était complètement éveillée.

Il faut ajouter à ce continuum ce que Green (1968) a appelé les «rêves pré-lucides» ainsi que le phénomène des «faux-réveils». Le premier se rapporte à ces rêves «dans lesquels le sujet adopte une attitude critique vis-à-vis de ce qu'il éprouve, au point même de se demander « Est-ce que je rêve?» mais sans se rendre compte qu'il est en fait en train de le faire (Green, 1968, p.23). Ce dernier réfère aux expériences de rêve dans lesquelles on rêve que l'on s’est réveillé, généralement dans son environnement de sommeil habituel. Ces deux phénomènes sont connus comme se produisant chez les rêveurs lucides, surtout chez les novices (Blackmore, 1988, Green, 1968, LaBerge, 1985, van Eeden, 1913).

Question category: 
J'ai lu que des entreprises offrent divers types de technologies pour le rêve lucide. Est-ce qu'elles fonctionnent?

Ces dernières années, on a assisté à une véritable explosion du nombre d'entreprises offrant toutes sortes de substances (médicaments, suppléments) et de dispositifs (casques, appareils d'EEG maison, gadgets fournissant de faibles doses de stimulation transcrânienne) pour aider les gens à avoir des rêves lucides . Bien que ces produits soient largement commercialisés et souvent accompagnés de fortes prétentions quant à leurs taux de succès, peu de recherches indépendantes ont été menées sur leur efficacité. En outre, il existe de nombreuses techniques d'auto-formation qui peuvent donner de meilleurs résultats. Un regard clair sur ces technologies pour l'induction de rêve lucide peut être trouvé ici dans cet excellent article du NY Mag: http://nymag.com/scienceofus/2016/10/these-strange-gadgets-claim-to-teach-you-how-to-lucid-dream.html

Si vous souhaitez en savoir plus sur l'auto-formation en rêve lucide, vous pouvez prendre connaissance de certaines de ces méthodes dans cet article de recherche de notre laboratoire.

Question category: 
Les cauchemars sont-ils fréquents?

Les spécialistes de la santé et le grand public reconnaissent de plus en plus que les cauchemars sont un problème de sommeil fréquent qui a des conséquences importantes sur la qualité du sommeil et la santé mentale. De grandes études épidémiologiques qui se sont intéressées aux étudiants et aux communautés dans différents pays indiquent que 8% à 29% des adultes rapportent des cauchemars mensuels tandis que 2% à 6% rapportent des cauchemars hebdomadaires. Les enquêtes communautaires qui évaluent l'incidence des «problèmes» de cauchemar plutôt que la fréquence ont trouvé que 5 à 8% de la population générale adulte rapporte un problème actuel de cauchemars, tandis qu’environ 6%  rapporte un problème antérieur.

Finalement, une de nos propres études basées sur presque 10 000 rapports de rêve recueillis dans des journaux de rêve à domicile pour plus de 550 participants a montré que presque 3% des récits de rêve collectés prospectivement étaient des cauchemars (rêves très inquiétants qui réveillent le rêveur) tandis que les mauvais rêves (rêves inquiétants qui ne réveillent pas le rêveur; les participants s’en souviennent seulement après avoir été réveillés par des facteurs externes comme par un réveille-matin ou plus tard pendant la journée) ont représenté près de 11% des rapports de rêve. Ainsi près de 15% de tous les rêves rappelés sont considérés comme des rêves très troublants.

Question category: 
Quels sont les thèmes les plus fréquemment rapportés dans les cauchemars des gens?

Les thèmes les plus fréquents dans les cauchemars sont:

  1. l'agression physique (menace ou attaque directe à l'intégrité physique par un autre personnage, incluant l'agression sexuelle, le meurtre, l'enlèvement ou la séquestration);
  2. les conflits interpersonnels (interaction conflictuelle entre deux personnages qui implique de l’hostilité, de l’opposition, des insultes, de l’humiliation, du rejet, de l’infidélité, des mensonges, etc.);
  3. l'échec ou l'impuissance (difficulté ou incapacité du rêveur à atteindre un but, incluant être en retard, être perdu, être incapable de parler, perdre ou oublier quelque chose, faires des erreurs);
  4. les préoccupations en lien avec la santé et le décès (présence de maladie physique, de pathologie, d’inquiétudes reliées au domaine de santé et à la mort du personnage ou du rêveur);
  5. être poursuivi (le rêveur est chassé par un autre personnage, mais n’est pas physiquement attaqué);
  6. appréhension / inquiétude (le rêveur a peur ou est inquiet à propos de quelqu'un ou de quelque chose sans qu'une menace objective soit présente);
  7. présence maléfique (voir ou ressentir la présence ou être possédé par la force du mal, incluant les monstres, les extraterrestres, les vampires, les esprits, les créatures, les fantômes, etc.);
  8. les accidents (le rêveur ou un autre personnage est impliqué dans un accident, incluant les accidents de véhicules, la noyade, le glissement, la chute, etc.);
  9. les catastrophes / désastres (évènements plausibles allant d'anomalies de petite envergure comme un incendie ou une inondation dans la maison ou le voisinage à des catastrophes de plus grande ampleur comme les tremblements de terre, la guerre, la fin du monde, etc.);
  10. les insectes / vermines (présence ou infestation, morsures ou piqûres d'insectes, de rats, de serpents, etc.).
Question category: 
Qu'en est-il des thèmes de la chute, de la paralysie et de la suffocation? Pourquoi ne figurent-ils pas sur votre liste?

La liste ci-dessus est basée sur une analyse minutieuse de milliers de rapports de rêve recueillis prospectivement (par exemple, sur les journaux de rêve quotidiens) par opposition à demander aux gens par questionnaire quel est le dernier cauchemar dont ils se souviennent. Les thèmes de tomber ou d’être paralysé apparaissent rarement dans les journaux de rêve, mais leur grande saillance les rend particulièrement mémorables et donc plus susceptibles d'être rappelés dans les entretiens ou les questionnaires longtemps après leur apparition. Plusieurs personnes se souviennent d'avoir eu un de ces cauchemars au moins une fois au cours de leur vie, et ce souvent il y a de nombreuses années. Alors les cauchemars de chute ou de paralysie sont certainement communs dans le sens que beaucoup de gens se souviennent d'avoir eu un tel cauchemar au moins une fois dans leur vie, mais les thèmes ci-dessus se produisent beaucoup plus fréquemment au cours d'une semaine, un mois ou une année donné.

Aussi, il est important de garder à l'esprit que les thèmes de la chute, de la paralysie ou de l'étouffement peuvent aussi représenter d'autres parasomnies couramment expérimentées comme les secousses hypniques, la paralysie du sommeil isolée ou les terreurs nocturnes. Lorsque les personnes sont confrontées à des éléments définis de manière vague dans  un questionnaire, les gens peuvent être plus susceptibles de signaler ces types d'expériences de sommeil comme s'ils étaient des cauchemars. Fournir des sujets avec des définitions claires pour les cauchemars ainsi que pour les terreurs nocturnes et exiger de raconter des récits de rêve réels dans les journaux quotidiens réduit considérablement l'inclusion de ces autres phénomènes de sommeil dans ces résultats.

Question category: 
Est-ce que les thèmes des cauchemars chez les hommes et les femmes sont différents?

Les cauchemars des hommes sont plus susceptibles que ceux des femmes de contenir des thèmes de catastrophe / désastre ainsi que de guerre et de terreur. De plus, les thèmes des conflits interpersonnels sont deux fois plus fréquents dans les cauchemars des femmes que dans ceux les hommes.

Question category: 
J'ai des cauchemars dans lesquels je ne suis pas effrayé, mais vraiment triste ou dégoûté. Est-ce normal?

Bien que la peur soit l'émotion la plus fréquemment rapportée dans les cauchemars et les mauvais rêves, presque la moitié de tous les rêves troublants contiennent des émotions primaires autres que la peur. Ces autres émotions peuvent inclure la colère, la tristesse et la frustration. Aussi, nous avons publié plusieurs études montrant que les cauchemars avec ce genre d'émotions sont évalués comme étant tout aussi intenses et inquiétants que les cauchemars animés par la peur. C'est pourquoi l’American Academy of Sleep Medicine définit les cauchemars comme des expériences mentales inquiétantes plutôt que des rêves effrayants.

Question category: 
Beaucoup de rêves dont je me souviens ne sont pas si étranges, mais je continue à entendre dire que la majorité des rêves sont vraiment bizarres. Pourquoi est-ce ainsi?

Voilà une autre bonne question. Je pense qu'une des raisons pour laquelle les gens pensent que la plupart des rêves sont bizarres est que ce sont ces types de rêves que nous avons tendance à partager avec les autres. Si vous vous réveillez un matin et que vous vous souvenez d'un rêve où vous étiez en train d'étudier pour un examen, ou si vous étiez coincé dans le trafic, ou si vous parliez à des amis, vous n'allez probablement pas en parler aux autres. Mais, si pendant que vous êtes coincé dans la circulation, un aigle géant a attrapé votre voiture dans ses serres et vous a soulevé vous et votre automobile au-dessus de la ville et vous fait voler pour ensuite vous déposer près d’un bâtiment ou vous travaillez, alors vous voudrez peut-être le dire à quelqu'un!

Cela étant dit, les études de rapports de rêve recueillies en laboratoire et en milieu naturel convergent en démontrant que pour la plupart, les rêves sont une simulation raisonnable de la vie éveillée en termes de personnages, d’interactions sociales, d’activités et de paramètres. Plus précisément, les rêves contiennent généralement un point de vue partant du soi, ont lieu dans des environnements communs réels et spatialement cohérents, ont tendance à contenir des loisirs réalistes et des personnages familiers et semblable à la vie éveillée (ex. les membres de la famille, les amis, les collègues) et sont presque toujours organisés autour d'interactions sociales avec les autres, incluant des échanges émotionnels et intellectuels. Ainsi, contrairement aux théories plus anciennes qui insistaient sur la bizarrerie et le déguisement dans les rêves, la recherche de rêve moderne montre que la majorité des rêves sont mieux compris comme des simulations d'expériences de vie qui mettent l'accent sur les interactions interpersonnelles et sociales.

Donc, pour répondre à vos questions, je dirais que vos rêves sont conformes avec ce que la plupart des gens vivent

Question category: 
J'ai un rêve récurrent. Qu'est-ce que ça veut dire?

Je ne sais pas ce que votre rêve récurrent particulier peut signifier, mais plusieurs théoriciens cliniques du rêve croient que les rêves récurrents sont liés à des difficultés de vie non résolues et que la cessation d'un rêve récurrent indique que la difficulté a été gérée avec succès. Conformément à ces idées, les chercheurs ont montré que l’avènement de rêves récurrents au cours de l'âge adulte est associé à des facteurs de stress et à une diminution des niveaux de bien-être psychologique et que l'élimination d'un rêve récurrent antérieur est corrélée avec l'amélioration du bien-être. Ainsi, les changements des schémas de rêves récurrents à progressifs peuvent être des indicateurs importants sur l’état d’adaptation des gens aux circonstances de la vie.

Question category: 
Les rêves récurrents sont-ils fréquents?

60% à 75% des adultes déclarent avoir eu un ou plusieurs rêves récurrents à un moment donné de leur vie. Dans certains cas, les rêves récurrents qui émergent durant l'enfance peuvent persister jusqu'à l'âge adulte. Il existe également des preuves indiquant que les rêves récurrents sont plus fréquents chez les femmes que chez les hommes.

En termes de contenu de rêve, 60% à 85% des rêves récurrents sont décrits comme étant désagréable par les sujets qui les rapportent. Le contenu du rêve est décrit comme étant agréable dans environ 10% des rêves récurrents, tandis que le reste est évalué comme neutre ou contenant un mélange d'émotions positives et négatives. Puisque les rêves récurrents positifs se produisent rarement, leur association à des mesures de bien-être n'a pas été étudiée. Ainsi, nous ne savons pas si les personnes qui rapportent des rêves récurrents positifs montrent également un déficit relatif sur les mesures de bien-être. De la même façon, nous ne savons pas si le maintien de la cessation des rêves récurrents agréables est corrélé avec un changement positif, négatif ou neutre dans le bien-être.

Question category: 
Quels sont les thèmes les plus fréquemment rapportés dans les rêves récurrents?

Les thèmes où le rêveur est en danger (ex. menacés de dommage, de mort ou de poursuite) ont révélé caractériser environ 40% des rêves récurrents à l'âge adulte et entre 65% et 90% des rêves récurrents dont se rappellent les adultes lors de leur enfance. En utilisant la même catégorie de contenu large, nous avons montré que presque 80% des rêves récurrents des enfants contiennent des thèmes dans lesquels le rêveur était en danger. Dans la majorité de ces cas, souvent le rêveur fuit, essaie de se cacher, ou regarde, impuissant, les évènements se dérouler.

Alors que les agents de menace dans les rêves récurrents des adultes sont généralement des personnages humains, les rêves récurrents des enfants sont beaucoup plus susceptibles de contenir des monstres, des animaux sauvages, des sorcières, des zombies et d'autres types de créatures macabres.

Plusieurs catégories de contenu thématique rapportées par les adultes sont nettement absentes dans les rêves récurrents des enfants. Il s'agit notamment de thèmes impliquant des problèmes d'entretien de la maison (ex. le rêveur devient submergé par un nombre excessif de tâches ménagères ou découvre que la maison est en ruine ou s’effondre), perdre ses dents et être incapable de trouver une toilette privée.

Question category: 
Quelle est votre position sur l'utilisation des rêves en thérapie?

Comme je l'ai détaillé dans un article que j'ai co-écrit avec Nicholas Pesant, je crois que les psychothérapeutes peuvent être inspirés par des façons différentes et complémentaires de travailler avec les rêves et que le travail avec les rêves peut s’avérer être un outil utile. Maintenant, il y a beaucoup d'approches pour travailler avec les rêves et, personnellement, je n'ai jamais été un grand fan de l'approche de Freud sur les rêves et je dirais la même chose pour la plupart des approches psychanalytiques des rêves. Je suis plutôt un grand fan de la conceptualisation des rêves de Jung et je pense qu'il existe plusieurs approches excellentes (et intégratives) portant sur le rêve. Ces approches incluent notamment la méthode d’interview des rêves (Dream Interview Method - DIM) élaborée par Delaney (1991), le modèle cognitivo-expérimental d'interprétation des rêves développé et révisé par Hill (1996; 2003) et l’approche d’appréciation très populaire d’Ullman (1996) développée spécialement pour les sessions de groupe. Il est à noter que plusieurs chercheurs qui s’intéressent au rêve sont adeptes des méthodes d'Ullman.

En mettant de côté les approches spécifiques sur les rêves, un ensemble considérable de recherches cliniques suggèrent que les recherches sur les rêves peuvent a) aider les clients à améliorer leur connaissance de soi, b) accroître leur implication dans la thérapie; c) faciliter l'accès aux enjeux principaux dans la vie du client, d) contribuer à l'établissement d'un environnement sécuritaire et fiable, et e) enrichir la compréhension du clinicien sur le client et son évolution clinique.

En somme, il y a de fortes preuves que les cliniciens ont beaucoup à gagner en s'intéressant aux rêves de leurs clients et qu’un travail efficace sur les rêves est accessible à la majorité des cliniciens. Ainsi, l'interprétation des rêves n'est peut-être pas la voie royale vers l'inconscient (ou pour une meilleure compréhension de soi), mais elle est néanmoins une route utile et efficace parmi d’autres

 

Question category: 
Pouvez-vous expliquer l'hypothèse de continuité du rêve?

Au niveau le plus général, les résultats fondés sur la recherche systématique de contenu (incluant plusieurs études faites par notre groupe) suggèrent que la plupart des rêves peuvent être compris comme des simulations qui représentent les principales conceptions et préoccupations du personnage principal, incluant les expériences émotionnellement saillantes et interpersonnelles. L'hypothèse de continuité du rêve - l'un des modèles de rêve le plus étudié - stipule que le contenu du rêve est utile sur le plan psychologique puisqu’il reflète les pensées actuelles du rêveur, ses préoccupations et ses expériences saillantes. L'idée que les rêves sont généralement en continu avec les états éveillés et sont tirés de plusieurs schémas psychologiques identiques à ceux qui gouvernent les pensées et  le comportement durant l’éveil est également au cœur de plusieurs théories contemporaines portant sur la fonction du rêve. Ceci est vrai, par exemple, pour des théories suggérant que les rêves jouent un rôle dans la régulation émotionnelle, qu'ils servent à simuler la réalité éveillée, ou que les rêves reflètent le traitement hors éveil des évènements récents pour aider à apprendre et à guider le comportement futur.

Question category: 
Quelles sont les preuves qui appuient l'hypothèse de continuité du rêve?

Les résultats de diverses études sont compatibles avec l'idée que les rêves ont tendance à refléter le contenu des pensées et des préoccupations éveillées. Par exemple, la recherche a montré que l'apparition de rêves désagréables (ex. les mauvais rêves et les cauchemars) chez les adultes en bonne santé est reliée à leur niveau de bien-être, que le contenu des rêves est réactif à l'expérience du stress au niveau expérimental et en milieu naturel, que certains traits de personnalité sont corrélés à un contenu de rêve spécifique, que les caractéristiques topographiques et sensorielles des rêves dont se rappellent les aveugles congénitaux sont cohérentes avec la manière dont ils vivent dans le monde éveillé et que les réseaux sociaux dans les rêves – qui sont les schémas des relations directes et indirectes entre les personnages – ont les mêmes propriétés que les réseaux sociaux de la vie éveillée du rêveur. En outre, le fait que les contenus développementaux des rêves chez les enfants suivent l’évolution de leurs processus cognitifs dans le monde éveillé est également cohérent avec l'idée que le rêve et le réveil sont des phases en continu.

Question category: 
Est-ce que certaines expériences de vie éveillée sont plus susceptibles que d'autres de se refléter dans nos rêves quotidiens?

En effet, oui, c’est le cas. Des études ont révélé que les gens rêvent rarement aux activités axées sur la cognition, comme la lecture, l'écriture et l'utilisation de l'ordinateur, même s’ils les font pendant une période de temps significativement longue durant la journée. Similairement, certaines activités et préoccupations quotidiennes telles que les déplacements entre le domicile et le travail, manger et les soucis financiers apparaissent rarement dans les rêves alors que la fréquence d'occurrence dans les rêves de situations sociales et interpersonnelles est non seulement très élevée, mais aussi disproportionnée au temps passé à penser à de telles situations pendant l'éveil. Il existe également des preuves montrant que les pensées de la vie éveillée peuvent avoir un impact plus important sur le contenu des rêves que les évènements physiques qui y correspondent dans la vie éveillée. Par exemple, penser et fantasmer à propos d’activités sexuelles est plus fortement liée à l’avènement de rêves érotiques que les expériences réelles d’activités sexuelles dans la vie éveillée. Ainsi, le contenu de rêve peut être plus continu avec les pensées de la vie éveillée qu’avec les évènements réels de la vie éveillée.

Question category: 
Quelle est la fréquence des rêves sexuels?

Les études par questionnaire indiquent qu'environ 80% des adultes répondent positivement à la question «Avez-vous déjà rêvé  à des expériences sexuelles?» et les hommes ont déclaré avoir fait des rêves sexuels plus souvent que les femmes. Les données normatives issues des études classiques de CCHT indiquent que 12% des rêves des hommes et 4% des rêves des femmes présentaient des contenus sexuels, incluant des rapports sexuels ou la tentative d’avoir des rapports sexuels, des caresses, des baisers, des avances sexuelles et des fantasmes. Cependant, une étude réalisée par notre groupe avec plus de 3500 rapports de rêves n'a révélé aucune différence entre les sexes : environ 8% des rapports de rêves contenaient des activités reliées à la sexualité, autant chez les hommes que les femmes. Les différences avec les données CCHT peuvent être partiellement causées par la composition de l'échantillon (étudiants collégiaux comparés aux étudiants et non-étudiants adultes). Alternativement, il est également possible que les femmes éprouvent  plus de rêves sexuels maintenant qu'il y a 40 ans ou qu'elles se sentent maintenant plus à l'aise de rapporter de tels rêves en raison du changement des rôles et des attitudes sociales ou des deux.

Question category: 
J'ai lu quelque chose qui s'appelle l’effet de délai (dream-lag effect). Pouvez-vous expliquer ce que c'est?

Bien que les rêves contiennent souvent des mémoires autobiographiques (c'est-à-dire des représentations personnelles du temps, des lieux, des émotions associées et d'autres connaissances contextuelles), relativement peu de rapports de rêve contiennent des souvenirs épisodiques complets (c'est-à-dire des souvenirs d’expériences personnelles vécues qui reproduisent des lieux, des actions et des personnages). Cependant, les expériences de la veille des gens (communément appelées les résidus journaliers) restent le référent le plus fréquemment représenté dans les rêves et apparait dans environ la moitié de tous les rapports de rêve.

Maintenant, pour répondre à votre question, les études sur la relation temporelle entre les évènements quotidiens et leur incorporation dans les rêves ont également révélé un modèle temporel connu sous le nom de l’effet de délai. Ce terme réfère au haut niveau d'incorporation d’évènements vécus entre cinq à sept jours avant le rêve. Ainsi, la relation temporelle entre les expériences quotidiennes et leur incorporation ultérieure dans les rêves peut être définie par l'effet de résidus diurnes (incorporation du matériel du jour qui précède immédiatement le rêve), ainsi que l’effet de délai (incorporation dans les rêves d’expériences diurne ayant eu lieu environ une semaine avant le rêve). Il existe d'autres effets temporels plus complexes sur le contenu du rêve. Vous pouvez lire plus à ce sujet ici.

Question category: 
Y a-t-il beaucoup de différences entre les rapports de rêves des sommeils paradoxal et lent?

Bien qu'il y ait eu des indications dans les premières études en laboratoire que le rêve survient presque exclusivement dans le sommeil paradoxal (REM) et qu'il y a une différence dans le contenu des rapports REM et non-REM, de nombreuses études ultérieures suggèrent que les différences ne sont pas noires et blanches, surtout plus tard dans la période de sommeil, et que certaines différences du contenu, mais pas toutes, disparaissent quand il y a un contrôle pour la longueur des mots (c'est-à-dire le nombre de mots utilisés pour décrire un rêve donné). Pourtant, la plupart des études concluent que les rêves sont plus fréquents et plus longs pendant les périodes REM et que de nombreux rapports non-REM semblent être des «pensées», pas des rêves. En fait, les rapports non-REM sont plus souvent une continuation de pensées éveillées et de souvenirs, alors qu'il y a peu de souvenirs épisodiques dans les REM ou dans les rapports de rêve à la maison.

Question category: 
Il semble que nous en sachions beaucoup sur l'hypothèse de continuité du rêve. Alors pourquoi continuer à étudier ce modèle de contenu de rêve?

Bien que des recherches considérables soutiennent le modèle de continuité du rêve, les questions centrales concernant la nature et l'étendue de la continuité entre le rêve et l’éveil restent sans réponse. Par exemple, on ne sait pas encore quelles dimensions particulières de la vie éveillée (ex. les activités physiques, les cognitions, les émotions) sont les plus fortement associées à un contenu de rêve spécifique. Similairement, peu de choses sont connues à propos de la réactivité des rêves aux différences individuelles et des traits variables (ex. le stress quotidien, la personnalité, le bien-être psychologique) lors de l'état d'éveil. Et, bien sûr, il existe plusieurs autres modèles portant sur la façon dont le contenu des rêves est relié aux dimensions de la vie éveillée, y compris en termes de divers types d'apprentissage, de régulation émotionnelle, de la manière dont les gens réagissent à différents types de traumatismes, etc.

Question category: 
Que sont les parasomnies?

Les parasomnies sont des phénomènes physiques, comportementaux ou expérimentaux indésirables qui se produisent pendant l'entrée dans le sommeil, dans le sommeil ou lors d'éveil partiel du sommeil. En fonction de leurs manifestations exactes, de leur fréquence et de leur intensité, les parasomnies peuvent être considérées comme des phénomènes normaux de sommeil, en particulier lorsqu'elles surviennent pendant l'enfance, et ne peuvent pas altérer significativement la qualité ou la quantité du sommeil ou le fonctionnement pendant la journée. Certaines parasomnies (ex. paralysie de sommeil isolée récurrente, gémissements pendant le sommeil) peuvent causer relativement peu de détresse durable, d'autres (ex. cauchemars, troubles du comportement en sommeil paradoxal, somnambulisme, terreurs nocturnes) peuvent avoir des conséquences significatives, y compris une détresse psychologique notable, de l’automutilation et une perturbation du sommeil chez le patient et un mélange de préoccupation et d'appréhension chez les membres de la famille.

Question category: